Une quarantaine d’opposants face au projet de parc éolien à Saulgond

Publié le 2 octobre 2018 | Actualité / Confolentais / Une

Jeudi 27 septembre, ils étaient une quarantaine à répondre à l’appel de l’association Brisevent qui organisait un rassemblement devant la mairie de Saulgond face au projet d’un nouveau parc éolien dans la commune.
Parmi eux, des représentants de nombreuses associations luttant contre l’implantation de nouvelles machines en Charente Limousine, telles que Bon Vent (Brillac), Rapasse (Saint-Laurent-de-Ceris), Environnement Confolentais et Charlois (Pleuville), Vigilance Souffrignac et environs, ainsi que Charente Limousine environnement (Nieuil). Tous rassemblés sur la place au moment même où le commissaire enquêteur désigné par le tribunal administratif, Jean-Claude Claret, ouvrait la première de ses six permanences prévues jusqu’au 6 novembre. «Il y a déjà sept éoliennes en fonctionnement sur le parc Lesterps-Saulgond. Nous sommes là pour dénoncer les ennuis sanitaires qu’un parc éolien peut représenter : vertiges, acouphènes, migraines,… Le syndrome éolien existe vraiment !», lancent de concert Marcel Puygrenier, président de l’association Brisevent, et Pierre Allary, médecin retraité de Brigueuil résidant à Lesterps. «Le nouveau projet voit six éoliennes supplémentaires, dont deux à la limite de Lesterps et quatre dans le triangle Saulgond, Saint-Christophe et Brigueuil…. C’est n’importe quoi, surtout lorsqu’on sait que le parc éolien ne rapporte rien à l’heure actuelle puisqu’il n’y a pas assez de vent», poursuivent-ils. «C’est une aberration de prévoir l’extension d’un parc qui produit seulement 13% de la puissance nominale», ajoute Brigitta Pauley, de l’association Bon Vent.

Six machines à Verliac
«En réalité, il ne s’agit pas d’une extension, mais de la création d’un nouveau parc par la SAS Ferme écologique de Saulgond, portée par Eurocape new energy», rectifie le commissaire enquêteur Jean-Claude Claret qui détaille ce projet dans les cartons depuis avril 2015 : «Il y a deux zones d’implantation potentielle, proches du lieu dit Verliac et plus précisément quatre machines vers Les Mouillères et deux vers La Croserie et Les Quatre Vents.» Deux zones espacées de 2,4 km où la maison la plus proche potentiellement d’une éolienne serait située à 532 mètres. Après les six permanences, le commissaire enquêteur rendra un avis uniquement consultatif. Charge ensuite au préfet de trancher.
En attendant, les opposants comptent bien poursuivre leurs actions, même si certains se montraient déçus de la fréquentation de la manifestation ce matin là, et ce «malgré les 1 000 affiches qui ont été déposées dans les boîtes aux lettres des habitants des communes voisines à savoir Saulgond, Brigueuil, Saint-Christophe, Montrollet et Lesterps.» G.P