Une nouvelle technique de décapage écologique et rapide s’expérimente

Publié le 3 novembre 2015 | Actualité / Confolentais / Une

AEROGOMMAGE

«C’est machine est fabuleuse, ça me change du racloir». Pascal Lapelagery vient de recevoir le matériel qui lui servira à sa nouvelle activité. Pour un investissement de 12 000€, le voici pourvu d’une machine à air comprimé, dans laquelle le sable incorporé puis projeté par pression d’air permet le décapage de multiples surfaces ; bois, pierre, métal, verre… «Avec cet outil, je peux aussi bien m’improviser menuisier ou façadier, carrossier et batelier». Après avoir effectué un stage de découverte et de prise en main de la machine, il est désormais le troisième à se lancer dans cette méthode de décapage dans la région, l’aérogommage connaissant en France un essor depuis quelques années. «C’est relativement simple à utiliser, mais par contre, il faut savoir choisir la bonne taille de grains de sable selon le support que l’on nettoie». Armé d’un compresseur d’une puissance de 1000L/minutes, c’est en moyenne 7m2/heure de surface décapée. «Une véritable révolution, j’utilise même du bicarbonate, abrasif écologique qui évite tous ces produits décapants nocifs». Pratique et transportable, Pascal Lapelagery compte «naviguer en camion et travailler ici», dans son local de 400m2 encore rempli de pièces de bois. «Je dispose aussi du matériel de ponçage, seconde étape après le nettoyage et le décapage. Je peux donc tout faire moi-même ou presque». De quoi créer de l’offre et de la