Rentrée d’automne pour le Pays d’Art et d’Histoire

Publié le 9 novembre 2015 | Actualité / Confolens

Focus patrimoine

Composé de plusieurs groupes de résistance dans le Nord Charente, ce sont quelques 700 maquisards qui ont marqué les esprits et les paysages du Confolentais. Pour rendre hommage à ce groupe de résistants, le Pays d’Art et d’Histoire porté par Céline Deveza propose les visites de la stèle de commémoration de Confolens et l’Ancien prieuré de Fontcreuse de Saint-Coutant. Ce sera l’occasion pour les personnes présentes de revenir sur les batailles qui ont participé à l’Histoire du territoire avec à chaque fois, un intervenant avisé et informé, en plus d’une personne représentante de l’association du Maquis Foch basée à Ambernac. «Ce sont des visites d’une trentaine de minutes suivies d’un café gourmand offert par la municipalité concernée» rapporte l’animatrice. Ce focus sera réalisé en collaboration avec l’association Ambernacoise, «qui nous a fourni beaucoup de documentations et d’informations, en particulier des documents photographiques», en plus des quelques historiens locaux qui connaissent l’Histoire Confolentaise avec approfondissement. Autres manifestations proposées durant les mois de novembre et décembre, des balades centrées sur les anciennes paroisses du Confolentais qui ont également joué leur rôle dans l’Histoire. A commencer par le lieu-dit du «Chardat» à Abzac, celui de «Saint-Quentin» à Lesterps et le bourg de «Lesignac» à Saint-Maurice-des-Lions. «Ce sont des balades d’une heure, en partie commentées et explicatives». Viennent s’ajouter à cette programmation deux rencontres-débats qui «mettront en avant les deux vallées importantes du territoire, celle de la Charente, qui se déroulera le dimanche 5 décembre dans la salle des fêtes de Besnest, et celle de la Vienne, le 12 décembre dans la salle polyvalente de Brillac». Animées par des techniciens de rivières, Camille Lafourcade pour la vallée Charentaise, technicienne au syndicat du son-sonnette et Charente Amont, et Nicolas Thouaire, technicien au CIGIV, ces rencontres-débats permettront d’aborder le point de vue naturel de ces deux vallées, «ainsi que ce qu’elles ont pu apporter historiquement aux populations». «Nous avons décidé de privilégier les petites salles des fêtes pour que cela soit convivial, sans l’aspect cérémonial d’une conférence». Autre date à prévoir enfin, l’intervention extérieure du Pays d’Art et d’Histoire du Confolentais à Angoulême, le jeudi 19 novembre. Céline Deveza abordera les créations architecturales de Roger Baleix, déjà connu de certains Confolentais, pour avoir notamment réalisé le bâtiment appelé «Le casino», soit l’ancien abattoir de Confolens. Une programmation automne qui s’échelonne jusqu’au dimanche 20 décembre.