Quel avenir pour l’association gérontologique Emile Roux ?

Publié le 5 juin 2018 | Actualité / Confolens

L’association gérontologique Emile Roux, porteuse du RESPA, de la MAIA et de l’ETP, a tenu son assemblée générale à l’hôtel de ville de Confolens le jeudi 24 mai et l’on a senti l’inquiétude poindre sur l’avenir de l’association compte tenu de la nouvelle organisation du suivi de santé des personnes fragiles lancée par l’Agence Régionale de Santé.
Le Respa intervient sur tout le Nord Charente de Confolens à Ruffec en passant par Chasseneuil-sur-Bonnieure, Mansle et Roumazières-Loubert ou Chabanais et sa réputation de sérieux n’est plus à faire. Le réseau a fait ses preuves depuis de longues années pourtant l’association qui le supporte ne recevra plus de subvention car les actions doivent être regroupées au niveau du département. Les trois associations charentaises qui portent ce type d’actions doivent se mettre autour de la table afin de mettre en place un nouveau système de fonctionnement avec notamment une plateforme unique d’appel.
La MAIA existe depuis février 2017 et a constitué une nouvelle équipe début 2018. Elle assure la gestion des cas grâce à une équipe de coordinateurs santé. Leur action basée sur la concertation entre opérateurs médicaux, sociaux et sanitaires permet de répondre aux défis croissants d’une population en perte d’autonomie.
L’ETP est un autre outil mis en œuvre depuis quelques mois qui propose aux patients une dizaine d’ateliers pour mieux vivre les maladies dont ils sont atteints. Ces actions font partie intégrante de la prise en charge du malade. Elles visent à améliorer leur santé et leur qualité de vie.

Formation et communication entre les deux organisations ont été à l’ordre du jour durant toute l’année écoulée. Ce travail a permis la création d’un groupe de parole sur Confolens en partenariat avec le Département, d’un groupe de travail sur la communication avec les aidants ainsi que la présentation Respa/Maia dans les pôles et maisons de santé du Nord Charente. Une nouvelle plaquette commune a également été élaborée. Respa et Maia sont aussi devenus partenaires de Monalisa qui lutte contre l’isolement et la solitude des personnes âgées.

Et l’avenir ?
Il va falloir attendre quelques mois avant de voir se profiler la nouvelle organisation voulue par la loi, de modernisation du système de santé (loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016) et notamment «la création de la Plateforme Territoriale d’Appui (PTA) à destination des professionnels du premier recours». On sait seulement que Respa et Maia seront impactés par la PTA mais tout reste à mettre en œuvre et à découvrir.

Chantal DUMADELAGE