Se connecter avec nous
Abonnement 1€

L’impact économique de la crise mesuré en région

L’impact économique de la crise mesuré en région

D’après l’Insee, à la mi mai, l’activité économique française serait globalement en baisse de 33 % par rapport à une situation normale, du fait de la crise sanitaire.
En Nouvelle-Aquitaine, l’activité serait en baisse de 31 %, dans une position intermédiaire parmi les régions françaises et apparaissent, avec les Hauts de France et la Bretagne, parmi les moins affectées des régions de métropole. L’impact un peu plus faible de la crise en Nouvelle-Aquitaine s’explique par le poids moins important des secteurs marchands dans l’économie régionale et, en particulier, les activités scientifiques et techniques-services administratifs et de soutien (gestion administrative, ingénierie, sécurité, entretien) fortement touchées par la crise. À l’opposé, les services non marchands et l’agriculture, très présents dans la région, sont moins impactés et jouent un rôle d’amortisseur pour l’activité régionale. Au niveau départemental, l’impact économique varie de -28 % en Creuse, où les services marchands sont moins présents, et dans les Deux-Sèvres, à -33 % en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques, deux départements où les activités scientifiques et techniques-services administratifs et de soutien sont importantes.
La baisse de l’activité économique a des conséquences sur l’emploi. Sur les 1,9 million de salariés (hors intérimaires) qui travaillent en Nouvelle-Aquitaine en 2015, un peu moins d’un million exercent dans des secteurs fortement ou très fortement impactés par la crise économique observée depuis le début de la période de confinement. C’est également le cas pour deux tiers des non salariés (environ 200 000 personnes concernées). Enfin, comme lors de chaque crise, l’intérim est particulièrement touché : il concerne 50  000  personnes. Au total, 1,2 million d’emplois sont concernés. Les secteurs très fortement impactés (c’est-à-dire dont l’activité est réduite d’au moins deux tiers) sont en particulier l’hébergement-restauration, le commerce non alimentaire et la construction. En région, les secteurs très fortement impactés représentent près de 450  000 salariés et 130  000  non-salariés à titre principal. Les secteurs fortement impactés (activité réduite d’un tiers à deux tiers) sont notamment les activités scientifiques et services administratifs, le transport et l’entreposage, l’enseignement culturel, les médecins et l’action social sans hébergement. En Nouvelle-Aquitaine, ces secteurs fortement impactés regroupent près de 540  000  salariés et 80  000 non-salariés.
En mars 2020, 1 750 créations d’entreprises, toutes catégories confondues, ont été enregistrées en Nouvelle-Aquitaine, soit une baisse de 35 % par rapport à février et de 39  % par rapport à mars 2019, similaires aux évolutions observées en France.

https://www.public-media.fr/boutique/categorie-produit/achat-au-numero

Plus

Haut De Page