Lesterps : Les jardins de l’abbaye, principal chantier à venir

Publié le 5 février 2019 | Une

Notre projet phare,c’est celui de l’aménagement des jardins de l’abbaye. C’est en ces termes que le maire de Lesterps Daniel Soupizet évoquait les projets à venir durant cette année 2019, lors de ses vœux à la population, samedi 26 janvier. Un projet qui comportera deux phases, la première portant sur le jardin des justes situé derrière la halle et la place des tilleuls ainsi que sur le jardin du presbytère attenant. «Le financement est acquis à hauteur de 80% entre l’Etat, le Département, et l’Europe, ainsi que la participation de l’association Lesterps-patrimoine, la fondation Agir pour la fontaine et le Sdeg pour la mise en lumière. Les 20% restant à notre charge se feront en autofinancement», détaillait le maire, tenant à préciser que «ce projet se situe dans le prolongement logique de l’aménagement du bourg commencé il y a plus de 15 ans par la rue principale, faisant communiquer le champ de foire (lieu de stationnement) et le cœur de bourg où se tiennent les commerces. Il s’agit de maintenir la vie dans ce lieu. (…) Ce sera une véritable carte de visite pour notre commune.» A noter que l’inauguration de ce premier chantier est déjà fixé au 22 septembre à 14h30. La phase 2 sera plutôt effective en 2020 et concernera, quant à elle, le jardin dit Château, la place des viviers ainsi que la rue de la mairie. «Sur ce deuxième, presque tous les financements sont acquis» assurait Daniel Soupizet. Dans la foulée, d’autres dossiers devraient sortir des cartons comme la restauration du petit patrimoine (mur extérieur de la halle et pont vieux de la Motte) en lien avec le Communauté de commune, mais aussi l’église et son autel principal en cours de restauration et des bancs qui remplaceront bientôt les chaises en mauvais état, les travaux de voirie, l’assainissement collectif ou encore la fin de l’adressage des habitations. Enfin, des sujets reportés en 2019 devraient également être à l’ordre du jour et notamment la plate-forme de broyage, la création d’un site internet et le dossier d’inscription aux «Petites cités de caractère». «Améliorer le cadre de vie, redonner à chaque habitant ou visiteur la possibilité de se réapproprier des lieux riches d’histoire, de beauté architecturale et environnementale, permettre le dialogue dans le respect et la compréhension mutuels tout en tenant compte des exigences administratives et juridiques tel est notre travail quotidien, exigeant et parfois difficile mais toujours passionnant», concluait Daniel Soupizet.