Les élus disent non !

Publié le 15 décembre 2015 | Actualité / Confolentais

comcom haute charente schéma dép

C’était prévisible, et cela s’est vérifié vendredi 11 décembre dernier dans la salle polyvalente de Genouillac : les élus de la Haute-Charente ont voté contre le projet de fusion des deux Communautés de communes du Confolentais et de la Haute-Charente. Un premier vote d’estimation l’avait déjà laissé pressentir le lundi 23 novembre dernier (31 voix défavorables, 14 pour, et 5 abstentions). Lors de ce dernier conseil communautaire qui délibérait officiellement sur le projet de schéma départemental de coopération intercommunale, les résultats n’ont pas beaucoup évolué. Le «non» l’a une nouvelle fois remporté avec 35 voix contre 18 favorables, sur les 53 élus communautaires appelés à voter à bulletin secret sur la demande de Christian Faubert, président de la CDC Haute-Charente, qui sentait le vent venir. Pour autant, ce vote, qui marquait l’importance de l’ordre du jour, s’est effectué dans un calme plat. Avant de passer à l’acte, quelques élus ont tenu à donner leur position vis-à-vis du schéma, à commencer par Jean-François Duvergne, maire d’Exideuil et vice-président de la CDC Haute-Charente, chargé de l’environnement : «Ils veulent supprimer certains services de proximité mais étrangement, nous en laisseraient d’autres, les plus ennuyeux comme les stations d’épuration. […] Soyons fiers de notre patrimoine, de nos commissions, de nos investissements. Pour ma part je dis non à cette fusion». Daniel Rousseau (maire de Beaulieu) et Jean-Michel Dufaud (maire de Roumazières-Loubert) se sont prononcés favorables devant l’assemblée, le premier rebondissant sur les mots de Jean-François Duvergne et en insistant sur le fait «que cela nous empêche pas d’aller vers nos voisins» et le second en invitant ses confrères «à rassembler [leurs] forces avec celles du Confolentais pour accroître leur crédibilité face à la nouvelle Grande Région». Elisabeth Guimard, maire de Saint-Mary, est elle aussi aller dans le sens de ses confrères en rappelant que «[leurs] enfants sont dans les écoles de Confolens. […] Nous allons à la maison de retraite pour voir nos parents, nous devons aller dans ce sens-là et nous marier avec le Confolentais». Davantage d’élus qui ont pris la parole du «oui», sans pour autant avoir convaincu les autres, qui à l’image de Jean-François Duvergne, ont voté non. Pas de grande surprise donc, et Christian Faubert, qui en début de séance avait indiqué qu’il ferait preuve de plus d’autorité pour se faire respecter, de remercier l’assemblée «pour son vote démocratique sans débordement ni prise de paroles intempestives». Salvador Pérez, Préfet de la Charente, devra donc faire avec ce vote défavorable lors de la prochaine commission départementale de coopération intercommunale. Les élus de la Haute-Charente sont en train de constituer un amendement évoquant les raisons de cet avis défavorable pour qu’il soit jugé recevable. Sur cette délibération, les élus se sont retrouvés pour le traditionnel repas de fin d’année, préparé par Jacques Marsac, maire de la commune qui a reçu les élus.