Les artistes en résidence prennent possession de la Maison du comédien

Publié le 24 mai 2016 | Actualité / Confolentais

Toute l’année, la Maison du comédien Maria Casarès d’Alloue reçoit de nombreux artistes venus présenter leurs pièces de théâtre, ou en résidence le temps d’écrire et finaliser leurs projets. Malgré le départ de son directeur Vincent Gatel, limogé, les activités qu’il a mises en place se poursuivent… En attendant, l’appel à candidatures a été lancé et la Maison espère trouver son directeur d’ici la rentrée de septembre. Depuis le début du mois, et jusqu’au 30 juin, le lieu héberge Suzie Bastien, venue de Montréal (Canada) en résidence pour l’écriture d’un projet consacré au peintre Paul-Emile Borduas. La suite d’un premier travail autour des signataires du manifeste «Le refus global» (1948). «J’ai travaillé il y a quelques temps sur une autre pièce «Quatre fois Gauvreau», un poète lui aussi signataire du manifeste, et je me suis intéressée aux derniers moments de sa vie. Lors de ce travail, j’ai découvert de nombreux artistes sous des angles différents de ceux qu’on connaît habituellement. Leur idée était de rejeter le Clergé et de promouvoir la liberté. Ce n’était pas un mouvement ni des personnes nationalistes», détaille Suzie Bastien, qui s’est ensuite penchée sur la vie de Paul-Emile Borduas – peintre mais aussi écrivain. «Je me suis concentrée sur sa période à Paris. Il est venu avec sa fille de 18 ans mais elle avait des problèmes de santé mentale et a dû être rapatriée au Québec. D’ailleurs elle est décédée il y a peu de temps, en 2013. La première partie de ma pièce relate la période avec sa fille et la seconde partie est sur la période où il se retrouve seul. Je crois qu’il était très seul à la fin de sa vie, alors que c’était une personne très entourée au début», poursuit-elle. Pour autant, pas question de faire sa biographie, mais plutôt de créer une fiction autour des dernières années de sa vie avant sa mort en 1960. C’est la première fois que l’auteur canadienne vient en résidence à Alloue, dans le cadre du programme Odysée, financé par le Ministère de la culture et de la communication et géré par l’association des centres culturels de rencontre.

alloue mai 2016