Deux plaques inaugurées lors du 79ème anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940

Publié le 25 juin 2019 | Actualité / Confolens

Cette année, la cérémonie du 79ème Appel du 18 juin 1940 a été marquée à Confolens par le dévoilement de deux plaques en l’honneur de deux résistants et déportés confolentais, André Stivil et Alcide Pautrot. Après un dépôt de gerbe devant la stèle Vagneux, avenue du Général de Gaulle, anciens combattants, membres de l’ANACR élus, représentants de l’Etat et des collectivités locales, ainsi que des citoyens se sont rendus rue André Stivil, pour découvrir la première plaque. André Stivil est né à Marseille le 10 novembre 1900 et s’est engagé dans la résistance dès le début de l’année 1941 via l’Armée Secrète pour laquelle il en deviendra chef départemental pour la Charente non occupée. Il est arrêté à son domicile, rue Emile Roux à Confolens, par la Gestapo de Limoges, sur dénonciation le 13 décembre 1943. Incarcéré à Limoges, il gagne Compiègne pour être déporté en Allemagne dans le camp de Gusen Mauthausen le 21 janvier 1944. Il y décédera le 11 mars 1945. Juste avant de dévoiler la plaque en son honneur, son arrière petite fille Anouk Grand-Stivil a lu un poème sur la paix et son aïeul, qu’elle a écrit pour l’occasion. Puis, le cortège a pris la direction de la Fontorse et du quai Pautrot où Bernadette Pautrot a dévoilé la plaque commémorative en mémoire de son père, d’Alcide Pautrot, et a lu un poème qu’elle avait rédigé. Né en 1914, Alcide Pautrot travaille comme menuisier charpentier à Confolens et entre dans la résistance au début du conflit. Il est arrêté par la Gestapo de Limoges le 7 décembre 1943, avant d’être déporté au camp de Bergen Balsen où il décède le 13 avril 1944. Enfin, la cérémonie s’est poursuivie devant le monument aux morts, square Jules Halgand, avant le verre de l’amitié servi dans la mairie de Confolens.