CIVAM : Les agriculteurs formés aux arbres fourragers

Publié le 5 mars 2019 | Une

Le Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural de Charente-Limousine (CIVAM) a organisé les jeudi 24 janvier et 21 février, deux journées de formation sur «les arbres fourragers». Sarah Mihout, associée et formatrice de la société SCOPELA (conseil et formation en agriculture et environnement) a répondu aux nombreuses questions des éleveurs qui s’interrogent sur l’avenir de leur métier dans un contexte climatique changeant : comment supporter des périodes de sécheresse longue et tardive allant de juin à octobre ? Comment valoriser des prairies ou des espaces naturels considérés généralement comme non productifs ? Comment adapter son calendrier de pâturage selon son parcellaire ? Le travail théorique en salle, et la mise en pratique sur les fermes des participants l’après-midi ont été des journées riches qui remettent en cause, parfois, les méthodes employées depuis 10, 20 ou 30 ans par certains agriculteurs. Les ligneux (arbres et arbustes) peuvent être utilisés en complément des fourrages «classiques» herbacés. «Devons-nous planter des haies et des bosquets ou profiter de la végétation spontanée –naturelle- déjà présente sur les fermes ? vous possédez tous sur vos parcelles des ronciers, petits bois, fond de vallon humide…» posait la formatrice. Les réponses sont sûrement un ensemble d’action à réfléchir et à mettre en place à l’échelle de l’exploitation entière avec une vue complète sur la ferme : comptabilité, besoins de chaque paysan, chargement à l’hectare, surface, qualité des prairies, des sols… Tous, éleveurs bovins viande, bovins laitiers et moutonniers ont conclu la journée en souhaitant poursuivre ces journées de réflexions globales sur les fermes pour une meilleure optimisation de leur travail, une meilleure qualité de vie tant pour les hommes que pour les animaux et une forte prise en compte de l’environnement.