Chabanais : Une exposition de cartes postales 1914-1918 à la Maison de santé

Publié le 5 mars 2019 | Actualité / Confolentais

La Maison de santé de Chabanais présente, jusqu’à la fin du mois, aux patients qui viennent consulter, une belle et riche exposition avec les cartes postales écrites par des poilus pendant la guerre de 1914-1918. Et l’on retrouve une fois de plus à la manoeuvre l’historien local José Délias, invité par Gérard Buhaj et Jacques Marsac. Il expose un florilège de plus de 150 cartes postales écrites depuis le front par des poilus à leur «tendre aimée», leur «amour» ou plus simplement leur «amie». Ce ne sont pas des images de guerre, mais d’amour et d’amitié. Elles constituent en elles-mêmes un témoignage visuel authentique d’un passé beaucoup plus riche que les jeunes générations le pensent. Cette exposition déclenche notre curiosité et suscite les commentaires complémentaires de ceux qui sont les dépositaires de la transmission orale de notre histoire récente. En 1914-1918, la carte postale connaît son âge d’or puisque près d’1,5 millions sont acheminées par La Poste. Son rôle dans la propagande est d’ailleurs très important. La sélection mise en lumière à la Maison de santé provient d’un album de plus de 200 cartes postales et porte sur la représentation du poilu 14-18. Placés entre l’ennemi et l’arrière, les soldats mobilisés formaient une société à part, avec ses codes, ses langages et ses rites de passage, façonnés par les aléas de la guerre. Pour survivre, se reposer, se nourrir, des stratégies d’aménagement visaient à rendre le quotidien plus supportable face à la dureté des tranchées : d’où un accent certain mis sur le bon moral ! Envoyer des cartes postales représentait un lien important entre les poilus et leur famille – le téléphone étant à l’époque réservé aux Etats majors – et pour toutes les occasions : les bonnes fêtes, le Nouvel An, Noël, Pâques,… Certaines d’entre elles sont travaillées, avec des montages colorés, agrémentées d’artifices visuels : paillettes, collages, cartons, tissus… «Ces magnifiques cartes postales, pour la plupart, sont issues d’un album s’adressant à une même «Mademoiselle Anna ou Thérèse Marchandon» habitant pendant la guerre à Dévezeau, commune de Saint-Angeau. Elles sont signées Gustave, Arthur, Marcel, ou parfois Alphonse Chapeau. C’est une correspondance amicale, affectueuse, et parfois amoureuse. Les messages sont simples ; on donne des nouvelles et on exprime sa joie ou son «cafard» ! Le rêve de se revoir, de s’embrasser tendrement…» détaille José Délias. Un avis de recherche est donc lancé afin de retrouver la famille de «Mademoiselle Anna» ! Celle-ci se verra remettre gracieusement ces superbes photos. Didier Mazaudoux