CdC : La situation financière se complique

Publié le 13 mars 2018 | Actualité / Confolentais / Une

On est face à une situation pas très brillante.» C’est par ces mots que Philippe Bouty, le président de la CdC Charente limousine a ouvert la dernière séance de conseil communautaire, lundi 12 mars, consacré aux votes des budgets 2017.
Sans surprise, le premier exercice de la nouvelle collectivité – fruit de la fusion entre le Confolentais et la Haute-Charente – est déficitaire. Avec – 320 024 euros en fonctionnement, ajouté à cela – 359 751 euros en section investissement, portant ainsi le déficit à 679 776 euros au total. «Et cela malgré les efforts entrepris dès cette année, comme la restitution des gymnases et des piscines aux communes depuis juillet dernier, ce qui va représenter 260 000 euros l’année prochaine et un peu moins de la moitié cette année», a ajouté l’élu. Pire encore, «nous avons une ligne de trésorerie de 400 000 euros au général et 100 000 euros pour l’abattoir. En clair, on fabrique du déficit dans le fonctionnement, ce qui explique aussi qu’on ait une CAF (capacité d’autofinancement) réduite à zéro», complétait même Jean-Luc Dedieu, le vice-président en charge des finances qui, lors de la présentation des comptes devant ses collègues élus a mis le doigt sur les investissements trop coûteux réalisés pour les maisons de santé sur l’ex territoire de Haute-Charente : «Ce sont des investissements mal évalués et sur dimensionnés. Les maisons de santé de Chabanais, Massignac et Roumazières représentent un déficit de plus de 115 000 euros. Seules les maisons de Confolens et Saint-Laurent-de-Céris sont en bénéfice car calibrées par rapport à la demande du territoire.»